"Avoir 20 ans dans les Aurès", hommage à René Vautier

C'est l'évènement de ce début d'année au Presbital Kozh : en hommage à René Vautier, cinéaste breton décédé il y a un peu plus d'un an, le 4 janvier 2015, nous vous invitons à la projection de l'un de ses films majeurs : "Avoir 20 ans dans les Aurès", dans sa version numérique restaurée.

 

Synopsis Avril 1961. Dans le massif des Aurès, un commando de l’armée française, formé d’appelés bretons, affronte un groupe de l’Armée de libération nationale. L'un des appelés se rappelle les événements vécus avec ses camarades au cours des derniers mois. Leur opposition à la guerre en Algérie les a conduits dans un camp réservé aux insoumis. Il se remémore la façon dont leur chef a su les transformer, de jeunes Bretons antimilitaristes qu’ils étaient, en redoutables chasseurs de fellaghas. Tous sauf Nono... Une plongée dans les contradictions de la guerre d’Algérie autant que dans celles de l’âme humaine.

 

René Vautier, cinéaste rebelle et militant, laisse une oeuvre cinématographique engagée et résistante, qui témoigne des luttes de son époque. Anticolonialiste, anticapitaliste, antifasciste, écologiste, René Vautier est le cinéaste le plus censuré du cinéma français. Cela ne l'a pas empêché de recevoir le Prix international de la Critique du Festival de Cannes en 1972, pour "Avoir 20 ans dans les Aurès". Malgré cette reconnaissance, le film est très peu diffusé à la télévision. C'est l'occasion ou jamais de le voir ou le revoir.

Commentaires : 0 (Discussion fermée)
    Aucun commentaire pour le moment.